à VOIR GOYA 1541-1614 au grand Palais et le Concile de trente et l’Art 1563

Exposition organisée par la réunion des musées nationaux, le musée du Louvres et l’Art Institute of Chicago ou elle sera présentée du 5 mars au 21 juin  2020

Il semble qu’El Greco ait été formé dans sa ville natale en crète puisqu’il y est reçu maître-peintre en 1566.
Il est alors peintre d’icônes dans la tradition byzantine orthodox
e, aidé par son frère Manuso, de dix ans son aîné.
 
Greco avait parfaitement   la perspective linéaire des lignes de fuite.
… il réinterroge la perspective que pratique les peintres d’icônes : perspective dont le point de fuite est au niveau du spectateur, et non au fond du tableau, et qui donne l’impression que l’image sort de son cadre.
Visible dans le portrait du cardinal Niño de Guevara
Après un voyage à Parme, il voit l’œuvre du Corrège et du Parmesan, il arrive à Rome où il se met au service du cardinal Alexandre Farnèse en 1570.
C’est ainsi qu’il se lia à Fulvio Orsini, bibliothécaire du cardinal, qui devint son protecteur.
 
En 1579 Il arrive en Espagne sous, Philippe II d’Espagne.
Il lui commande Le Martyre de Saint Maurice, destiné au palais de l’Escurial, mais le tableau, pas plus que la Sainte-Alliance, ne plaît au roi, ni à la Cour, ni à l’Inquisition, qui ne le trouvait pas assez fidèle à l’esprit du Concile de Trente.
Lors de ce concile, point de départ de la Contre-Réforme dans les pays catholiques, il fut décidé de mettre désormais au premier plan de l’art, les aspects mystiques et surnaturels : le martyre du saint dans le tableau du Greco est au second plan, peu lisible.
 
En 1563 on aborde enfin la question du caractère sacré des images, savoir si elles doivent être vénérées pour ce qu’elles représentent ou si elles doivent être vénérées pour elles-mêmes..
De manière expéditive il est décidé d’en rester à la première opinion.
 
Le tribunal de l’Inquisition de Venise convoque Véronèse, le 18 juillet 1573, pour son tableau « La sainte cène » pour lui reprocher des personnages qui ne sont pas cités dans les écritures.
Condamné à modifier son tableau dans les trois mois il est renommé « Un repas chez Lévi »
Théâtre de tensions terribles entre catholiques et réformée, la seconde moitié du XVIe siècle est marquée par un regain de la censure. Le contrôle des images visait le contrôle de la pensée.
C’est dans ce contexte qu’a été réalité Le Repas chez Levi, conçu à l’origine comme une représentation de la Cène.
Ainsi, la Cène devient Le Repas chez Levi, un épisode tiré de l’Évangile selon Luc  dans lequel Levi, le nom hébreu de l’apôtre saint Matthieu, donne un grand festin dans sa maison.

https://www.dossier-art.com/numero-273/greco-1541-1614.51836.php
 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:El_Greco_-_Cardinal.jpg 
 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Greco
 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Matthieu_et_l%27Ange
 
Pour télécharger le fichier « Le concile de Trente et l’Art.pdf
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00550968/file/Le_concile_de_Trente_et_la_art.pdf